La (DÉ)Motivation

En juin 2020, un article de Radio-Canada rapportait que plusieurs adolescents athlètes avaient perdu leur motivation en raison du confinement, le sport étant une grande source de motivation pour eux.

Plus récemment, en octobre, l’Alliance sports-études s’inquiétait pour les jeunes sportifs de haut niveau notamment. Au moins 300 des 1400 athlètes ont répondu à un sondage non scientifique qui tentait de mesurer l’impact des mesures sanitaires sur leur motivation scolaire et sportive. Le constat ici. En gros, leur motivation sportive est énormément affectée par les mesures sanitaires. Leur motivation scolaire aussi…

Avec raison, des parents soulignaient aussi leurs préoccupations face à la démotivation de leurs jeunes joueurs athlètes. Dans un autre article, des pistes de solutions étaient d’ailleurs suggérées pour aider les parents/coachs à accompagner leurs jeunes dans cette situation. J’étais heureuse de constater que plusieurs d’entre elles rejoignaient les 3 stratégies que je vous présente ci-après.

Voilà que plus récemment, le gouvernement Legault laisse entrevoir la possibilité de permettre la reprise d’activités sportives pour les jeunes.

Vous aurez compris qu’il n’y a pas de formule magique mais il existe des actions simples qui peuvent soutenir les jeunes sportifs vers un retour à la motivation. Alors que certains l’ont perdu, d’autres sont animés par le feu sacré et sont impatients de reprendre.  Cela dit, peu importe le contexte, personne n’est à l’abri d’une descente de motivation n’est-ce pas?

En tant que coach ou parent, c’est souvent difficile quand un seul joueur ou un seul enfant est démotivé. Imaginez la situation quand il s’agit de toute une équipe!

Alors, comment faire pour redonner de la motivation à nos joueurs ou à nos enfants?

Voici 3 trucs facile pour une motivation (bientôt) retrouvée

  1. Accueillir la démotivation et le découragement. Reconnaître ce qui se passe et se le dire à voix haute!

Voilà déjà une première étape de franchie et souvent oubliée! Plus on amène l’enfant, jeune, à prendre conscience de ce qu’il ressent, plus il développe tôt sa connaissance de lui-même. Comme coach ou parent, on peut avoir tendance à dire à la place de l’enfant. Laissons-les exprimer eux-mêmes ce qu’ils ressentent. Quitte à leur donner des choix de mots si au départ c’est trop difficile. Il existe ici des cartons supers pour ce faire ici ou ailleurs.

  1. Demander à l’enfant pourquoi il pratique son sport.

Quelles sont les raisons pour lesquelles il aime ça. Bon! Se rappeler son pourquoi c’est plus facile à dire qu’à faire j’en conviens! Mais ce n’est pas obligé d’être compliqué! J’ai moi-même horreur des choses compliquées! ? Avec ses réponses, vous serez en mesure, j’en suis convaincue, de trouver des réponses ou des alternatives pour régler la situation.

  1. Soyez indulgents!

Il faut leur donner une chance, voire leur permettre d’accepter d’être démotivé pendant un bout! Accepter d’être démotivé pendant un temps n’est pas un échec. Ce qui serait un échec ce serait de ne pas écouter ce qu’ils ressentent. Parfois c’est le corps qui démontre qu’il est fatigué, d’autre fois c’est le mental.  Reconnaissez-le. Et amenez-les à continuer ! Un objectif à la fois. Un pas à la fois.

Amenez-les aussi à en parler à leur coach. Peut-être découvrirez-vous autre chose qui cache sa démotivation et qui nécessite d’être approfondi? Amenez-les à persévérer, sans pousser. Faites votre bout, votre enfant, votre athlète, fera le sien.

Et vous, que vous faites pour motiver vos jeunes et vos joueurs?

Si vous pensez que cet article peut aider, partagez-le à un de vos proches.

Mon but est que l’intelligence émotionnelle se développe et se pratique sur les terrains de sport, dans les milieux de vie sportif, qu’elle se transpose dans la vie quotidienne et ainsi qu’elle amène nos jeunes sportifs à prendre soin d’eux. Alors chers coachs, chers parents, n’hésitez pas à essayer certains de ces trucs et revenez-moi avec vos résultats! ?

Merci de contribuer à développer l’intelligence émotionnelle de nos petits sportifs et ainsi en faire de grands humains.

Comme parent/coach, découvre quel pilier de l’intelligence émotionnelle te décrit le mieux!

Étape 1 sur 6

Laquelle de ces phrases te revient dans la tête quand tu entraînes?